Les secrets des diamants bruns et noirs
actuellement très en vogue.

 

Conférence du Professeur Emmanuel Fritsch 6 Avril 2003

Dans le domaine des diamants bruns nous avons ainsi appris que cette couleur peut avoir plusieurs origines servant de base à leur classification (travail effectué dans le cadre du D.E.A. de Laurent Massi (D.U.G.) avec la collaboration de GemTechLab):

            - le "brown graining" provoqué, au sein d'une pierre incolore ou peu colorée, par des alignements parallèles aux faces de l'octaèdre de lamelles brunes constituées de diamant très déformé.

            - l' "amber center" trouvé dans les diamants de couleur ambrée, dans lequel la coloration est corrélée à une d'absorption dans les 4160 cm-1. Il s'agit d'un phénomène commun mais qui n'a été que très peu étudié jusqu'à présent.

            - la teneur en hydrogène qui, à partir d'un certain seuil, peut constituer des défauts pouvant absorber la lumière. C'est le cas du diamant connu sous le nom "Oeil du Tigre" pesant 61,56 ct.

            - les diamants de type Ib dits "canaris" et dont  la teinte peut évoluer vers le jaune foncé puis le brun. Ce sont des pierres qui n'ont encore jamais été étudiées.

            - la teneur en CO2 qui peut contribuer à colorer la pierre en brun. Il s'agit d'un phénomène découvert en 1993. Toujours en cours d'étude, il n'a pas encore reçu d'explication.

            - les diamants de type IIa sans "graining". Ils sont rarissimes (seulement 2 exemplaires connus à l'heure actuelle) et ne présentent aucune déformation interne visible.

 

Dans le domaine des diamants noirs (sujet de D.U.G. de Candice Grobon de GemtechLab de Genève) nous savons maintenant que la teinte noire des monocristaux peut être due à la présence d'inclusions noires dont la nature exacte, pour certaines d'entre elles, reste encore à découvrir :

            - des inclusions de graphite bien cristallisé disposées suivant les 3 directions cristallographiques de la pierre. C'est le cas le plus fréquent.

            - de grosses inclusions noires flexueuses dont on ignore encore la nature, mais qui pourrait être constituées de minéraux sulfurés.

            - de très petits flocons noirs de nature indéterminée.

            - des petits grains agglomérés de diamant gris dont la concentration est suffisamment importante pour donner à la pierre une allure de structure polycristalline ou de conglomérat.

 

            La couleur noire de certaines pierres peut également avoir d'autres origines parmi lesquelles on peut citer :

            - une diffusion de la lumière provoquée par la présence de très petites inclusions ou de nombreuses fractures. En réalité ces pierres sont blanches et il est facile de le constater lorsqu'on les examine au moyen d'une source lumineuse puissante (fibre optique). Ce phénomène n'a pas encore reçu d'explication. Un bon exemple de cette teinte dite "nuage d'orage" réside dans le célèbre diamant nommé "Amsterdamer" pesant plus de 30 ct.

 

Dans les petits diamants, la diffusion de la lumière peut également être provoquée par la présence, au sein des pierres, de figures ayant la forme d'un parallélépipède rectangle blanc, d'où le nom donné à cette variété de "sugar cube".

            - de nombreuses fissures remplies d'un composé ferrifère de type limonite.

            - une coloration brune très foncée provoquée, comme il a été vu au chapitre précédent, par la présence d'un "graining" ou d'une forte teneur en hydrogène ou en CO2, ou un type Ib.

            - une coloration grise très foncée provoquée, par exemple, par un enrichissement en hydrogène.

            - les pseudocubes de diamant dits "cubes de Mbuji-Mayi" (République Centrafricaine) sont le plus souvent utilisés comme brut de nos jours. Ces pseudocubes très irréguliers sont monocristallins et ont une couleur sale plus ou moins foncée, entre le gris, le brun, le jaune et le vert. Facettés, ils apparaissent noirs.

 

Les diamants noirs polycristallins, connus sous le nom de "carbonado" contiennent, soit de la florencite, un phosphate hydraté d'aluminium et de terres rares (carbonados de République Centrafricaine), soit de très nombreuses inclusions de fer à l'état métallique, ou bien de magnétite. Ces pierres semblables à des "compacts" présentent un fort magnétisme à ne pas confondre avec le magnétisme de certains diamants de synthèse.

 

Copyright C.R.G. 2004-2016 ©

 
GemNantes